Communiqué : Des arrêts définitifs contre les Jakhoukh au Maroc et en France

Poursuivant notre travail d’information de l’opinion publique marocaine et africaine sur les dossiers judiciaires en cours devant les juridictions marocaines et étrangères concernant les allégations de la famille de Feu Lahssan JAKHOUKH antérieure et ultérieure à son décès, le Groupe SATRAMMARINE propriétaire des sociétés « DRAPOR », « RIMAL LE SABLE VERT » et « MEDOCEAN » a décidé de clarifier les choses face aux campagnes de désinformation, de diffamation, et des faux mensonges qui ont été publiés par cette catégorie, visant à calomnier le puissant Groupe de sociétés, et son président du Conseil d’Administration, Monsieur Mustapha AZIZ.

Pour clarifier toutes les ambiguïtés, la Cour d’Appel de Casablanca, après la cassation, en date du 29 Décembre 2020, a décidé de confirmer les jugements antérieurs rendus contre Tarik JAKHOUKH (et ses compagnons) par sa condamnation à une peine d’emprisonnement de 3 années fermes et une amende de 20.000,00 DH pour abus de confiance et disposition par mauvaise foi des biens sociaux, et l’utilisation des fonds de la société et ses crédits sciemment en défaveur des intérêts économiques de cette dernière pour des fins personnelles et d’entraver délibérément le fonctionnement du système de traitement des données, d’être responsable de son dysfonctionnement, de détruire, supprimer et modifier les données qui y sont incluses et d’y avoir accès frauduleusement.

Et nous vous informons, également, que la Cour d’Appel de Paris, a rendu son arrêt définitif, après cassation, en date du 18 Novembre 2020, dans l’affaire de diffamation portée contre Badr JAKHOUKH par son père, Feu Lahssan JAKHOUKH et Monsieur Mustapha AZIZ depuis 2015, qui l’a jugé coupable de diffamation et qui l’a ordonné de supprimer les allégations publiées au niveau du réseau social Facebook, avec une amende de 5000 DH, … et cela est considéré comme une vraie victoire de feu Lahssan JAKHOUKH pour que son âme repose en paix, et aussi pour le Docteur Mustapha AZIZ, l’actuel Président Directeur Général du Groupe SATRAMMARINE.

Dans le même contexte, la Cour de Cassation a confirmé les arrêts définitifs rendus par la condamnation de Anwar JAKHOUKH et de son oncle Khaled LOUDIYI pour fraude et une peine d’emprisonnement de deux mois avec sursis à exécution pour chacun d’eux et une amende globale de 35.500,00 DH à payer solidairement, et ce, pour tentative de fraude commise à l’encontre du Groupe DRAPOR.

Suite à ces divers jugements et arrêts, et bien d’autres, rendus par les tribunaux de première instance, les cours d’appel et les tribunaux commerciaux, la vérité a fini par éclater, et qui est clairement évidente et cela ne peut que permettre au Groupe de sociétés « Satrammarine » de prendre un nouveau départ, après les lourdes pertes enregistrées à cause de la gestion arbitraire et aléatoire de condamnés, de fugitifs et d’accusés sous la direction de Tarik JAKHOUKH, le premier poursuivi en justice par son propre père, Feu Lhssan JAKHOUKH, qui était l’initiateur principal de l’action en justice et l’ancien Président du Conseil d’Administration du Groupe.

Le Groupe « Satrammarine » attend durant les semaines prochaines, pour boucler cette série, après l’examen des demandes civiles et des indemnisations par le tribunal, le sort du dossier de constitution de partie civile pour obtenir réparation des dommages afin de pallier aux pertes financières que les condamnés lui ont infligé. Et nous avons pleinement confiance en la justice marocaine afin de permettre à ce groupe de sociétés, pionnier dans son domaine, de consolider sa stratégie de développement des ports du Royaume, notamment sahariens.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *